Search
Enter Keywords:
Accueil arrow "Vivre avec les voix" arrow 1943-1945: Le Royal College of Music
1943-1945: Le Royal College of Music Suggérer par mail
Arthur se retrouve enfin dans un milieu où la musique occupe la première place. Il y côtoie d’autres boursiers parmi les plus doués et les plus assidus, des élèves payant leurs études et quelques jeunes filles envoyées ici par des parents fortunés pour parfaire leur éducation.

Le directeur du collège, Sir George Dyson, informé de la situation familiale d’Arthur, lui propose des leçons supplémentaires et le dirige vers des cours d’orgue. Arthur peut ainsi intégrer l’orchestre de l’école, faire de la musique en groupe et découvrir le répertoire orchestral courant. Au bout d’un an, Arthur abandonne cet instrument pour les timbales. En dépit de ses débuts tardifs au piano, il atteint un bon niveau grâce à un professeur remarquable, Kathleen Long.

Image
Le Royal College of Music de Londres
où Arthur étudie le piano et la composition.

© Kaihsu Tai, 2004

En revanche il apprécie moins son professeur de composition, Herbert Howells, qu’il trouve trop académique et se référant sans cesse à ses propres compositions. Avis non partagé par le compositeur Richard Drakeford qui étudiera avec Howells dix ans plus tard et dont il prendra la défense dans un article consacré à l’autobiographie d’Arthur.

A la fin de cette première année, Arthur reçoit un prix de composition « Grade IV » ainsi que le prix « Corbett » de musique de chambre. Ces prix sont assortis d’une somme d’argent bienvenue.

En 1943, Arthur se porte volontaire pour la « Navy », car, précise-t-il, cela offrait l’occasion de passer six mois à l’Université de Cambridge. Mais à l’issue des examens médicaux, il est refusé au motif que sa vue est jugée insuffisante.

Au cours d’une prestation de l’orchestre du collège, Arthur participe comme timbalier à l’exécution de « Rejoice in the Lamb » de Benjamin Britten. Enthousiasmé par l’œuvre, il rencontre le compositeur à l’issue du concert et lui soumet quelques unes de ses compositions. Trois mois plus tard, Britten lui dit qu’il a apprécié ses chants et qu’il compte en inclure un dans un prochain récital avec son compagnon Peter Pears. Arthur lui demande alors s’il l’accepterait comme élève. Britten lui répond qu’il ne prend pas d’élève et qu’il vit loin de Londres, dans le Suffolk. Mais si Arthur accepte d’y venir passer le week-end, pour l’aider dans la préparation de son opéra « Peter Grimes », ils pourront parler de musique et de composition. L’année suivante, Arthur poursuit ses études avec application au collège et passe la plupart de ses week-ends chez Britten au vieux moulin du village de Snape (Suffolk). Il a ainsi deux professeurs de composition, l’un académique, Howells, l’autre inspiré, Britten.

Devenu un percussionniste confirmé, Arthur participe à de nombreux concerts et productions d’opéras, mais cette activité est bientôt compromise par son exubérance et par un fâcheux penchant pour les facéties. Ainsi, lors d’une répétition du « Songe d’une nuit d’été » de Mendelssohn, il s’est muni de la plus grande paire de cymbales disponibles et le moment venu, il attaque si violemment que l’orchestre doit s’arrêter pendant cinq minutes pour permettre aux musiciens de récupérer d’une surdité soudaine et temporaire. Plus tard, lors d’une répétition de « Hansel et Gretel » le percussionniste doit utiliser un accessoire appelé coucou qui émet deux notes imitant l’oiseau du même nom. Arthur intervertit malicieusement l'ordre des notes, de telle sorte que l’instrument émet un son incongru et déroutant à la place du chant du coucou. Arthur est alors relevé de ses fonctions officielles de joueur de coucou du Royal College of Music.

C’est à cette époque qu’il reçoit une première commande de la compagnie des Ballets Rambert pour la partition d’un ballet intitulé « Mr Punch ». Dès la première représentation, c’est un franc succès. En revanche, à la fin de cette seconde année au Royal College of Music, Arthur ne reçoit aucun prix.

Britten demande à Arthur de constituer un chœur avec ses camarades étudiants pour chanter des œuvres a cappella, et deux pianistes. Arthur réunit une vingtaine de choristes dont il dirige les répétitions et arrive à former un excellent chœur. Son camarade John Lindsay est un des pianistes choisis. Les concerts sont des succès, Britten est ravi et le public aussi.

Mais les autorités du collège, mises au courant de leurs appointements, font savoir qu’il n’est pas possible de mener en même temps des études à plein-temps et des activités professionnelles à mi-temps. Arthur et Lindsay quittent le Royal College of Music de Londres sur les conseils de Britten qui leur cherche du travail et pourvoit aux études de piano de John Lindsay.

Par la suite, le petit chœur d’étudiants deviendra professionnel sous la conduite d’un adulte disposant déjà d’un orchestre. C’est en arrivant à une répétition qu’Arthur apprend que ses camarades le quittent pour un autre chef. Décision brutale motivée par les avantages financiers mais également par les méthodes autoritaires et cassantes de leur jeune chef. Arthur en tirera une leçon pour la suite de sa carrière.


< Précédent   Suivant >

Menu
Accueil
...................................
Actualités
...................................
Annonces
...................................
Chroniques
...................................
Grands chœurs
...................................
Liens
...................................
Fil RSS
Arthur Oldham
Préambule
...................................
"Vivre avec les voix"
...................................
Le chef de chœur
...................................
Le compositeur
...................................
Florilège vocal
Préambule
...................................
Actualités
...................................
Les lauréats
Espace associatif
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Qui est en ligne ?
Il y a actuellement 22 invités en ligne
Copyright 2000 - 2004 Miro International Pty Ltd. All rights reserved.
Mambo is Free Software released under the GNU/GPL License.