Search
Enter Keywords:
Accueil arrow Actualités arrow Riccardo Chailly à l'Orchestre de Paris pour un Daphnis lumineux et jubilatoire
Riccardo Chailly à l'Orchestre de Paris pour un Daphnis lumineux et jubilatoire
23-02-2012


Le parcours musical de Riccardo Chailly est un sans faute. Né en 1953 à Milan d’un père compositeur il devient à 20 ans l’assistant de Claudio Abbado à la Scala. Il est nommé 5 ans plus tard au «Deutsches Symphonie-Orchester Berlin» poste qu’il occupe de 1982 à 1989, avant de succéder en 1988 à Bernard Haitink à la tête du «Concertgebouw d’Amsterdam» alors qu’il n’a pas encore 30 ans. Il est le premier non hollandais à occuper ce poste prestigieux. Et comme Riccardo Chailly est un bâtisseur il n’hésite pas à faire évoluer la tradition. Ainsi, modernise-t-il le «Concertgebouw» une institution alors quelque peu figée tout en continuant d’entretenir au plus haut niveau l’incroyable tradition de musique germanique (Mahler notamment) et aussi de musique française qui ont fait la réputation de cet orchestre. Quinze ans après on parle encore, à Amsterdam comme ailleurs, de l’intégrale Varèse réalisée à la fin des années 90 mais aussi de celle des symphonies de Mahler. Ce qui ne l’empêche pas de redorer le blason du «Theatro Musicale de Bologne » (1986-1993) puis de devenir le premier directeur de l’Orchestre Guiseppe Verdi de Milan (1995-2005). Après 15 ans à Amsterdam il prend en 2005 la direction d’une autre prestigieuse maison, le «Gewandhaus» de Leipzig avec le titre de «Generalmusikdirecktor» couvrant l’opéra de Leipzig. Du fait d’une mésentente avec l’administration de l’opéra il renonce rapidement à cette fonction. Il est renouvelé en 2008 comme directeur musical du «Gewandhaus Orchester Leipzig» avec un contrat qui dure jusqu’en 2015. Invité par les plus grands orchestres il s’est toujours intéressé à toutes les musiques, de Bach (qu’il vient d’enregistrer sur instruments modernes) à Stockhausen ou Cehra sans oublier les raretés (Zemlinsky, Schreker, Hindemith) ou Gershwin. Il nous a également donné de magnifiques enregistrements de Rossini et de Verdi. Passionné depuis toujours de Mahler il organise à Leipzig en 2011, année du centenaire de la disparition de Mahler, un festival au cours duquel il dirige avec grand succès les 2° et 8° symphonies (disponibles en DVD). Car l’homme, en bon italien, aime les voix et donc diriger les chœurs.

Absent de l’Orchestre de Paris depuis 27 ans Riccardo Chailly était très attendu. Il vient de fêter ses 59 ans, a perdu quelques kilos mais a gardé tout son enthousiasme. Très italien par l’allure, la politesse et le contact il est un incroyable musicien. Dès la répétition chœur/piano il insuffle avec précision sa vision et son énergie. Ses expressions «ici vous êtes des pirates», «presque brutal», «barbarito» illustrent son «Daphnis» qu’il entend adrénaliné et sensuel. Et le Maestro aime son «Maurice» comme il dit affectueusement en parlant de Ravel comme s’ils étaient devenus intimes à force de fréquentation régulière. Il est vrai que Riccardo Chailly pratique depuis ses débuts en Italie cette partition qu’à l’évidence il vénère. Il l’a d’ailleurs enregistrée à Amsterdam en 1995. Il la connaît dans ses moindres détails et demande toujours avec grande précision toutes les nuances et accents écrits par Ravel. La fidélité au texte n’est-elle pas une constante chez les grands chefs ? Et satisfait du chœur il remercie chaleureusement avec un grand sourire les chanteurs pour ce «très beau son». Il a étudié l’histoire de «Daphnis» et évoque Pierre Monteux, créateur de l’œuvre en 1912 à Paris, qui adjoignait au chœur quelques interventions des bois et cuivres lors du passage des voix derrière la scène. Et Chailly est bien placé pour savoir que Monteux fut un des chefs associés au «Concertgebouw» de 1924 à 1934 durant l’ère Mengelberg (1895-1945). Il est probable qu’il a du arpenter régulièrement la bibliothèque du «Concertgebouw» riche des partitions annotées par les plus grands chefs, car on sent également chez cet homme une immense culture et de l’intérêt et du respect pour ses prédécesseurs.

La première rencontre avec l’orchestre a lieu le lendemain. On sait que cette répétition est toujours déstabilisante le travail de détail de la piano/chef passant souvent au second plan. Cette première rencontre ne fait pas exception mais chacun retrouve assez vite ses repères. Il faut dire que Chailly module avec subtilité les délicats équilibres de cette musique par moment si irréelle. Pour se faire, il n’hésite pas à recourir à des expressions imagées données alternativement en français qu’il parle très bien, en italien et en allemand. Ainsi demande-t-il plus de présence aux bois lorsqu’ils ont la «haupstimme» (la voix principale) ou aux contrebasses de jouer plus serein («rühig» comme écrivait un certain Gustav Mahler). Plus loin, il demande aux trompettes plus de contraste et convoque alors Varèse en illustration de son propos. Chailly n’hésite pas à expérimenter par exemple en demandant au chœur de chanter ses premières interventions bouches fermées car il cherche une impression de mystère qui lui manque encore. L’effet obtenu lui plaît et cette option est finalement retenue. Son interprétation est vivante, souple et jamais figée. Puis vient la danse générale pris dans un tempo vif sans être extravagant (tempo justo !) et tenu. La gestique implacable et précise aide le chœur dans ce moment à haut risque. Il suffit de le regarder et tout devient plus simple. Et tout cela sans aucune tension avec de temps en temps une blague, demain oui dit-il à un musicien qui n’a pas la sourdine ad hoc, on dit aussi comme cela à Milan…. Chaque fois qu’il obtient ce qu’il désire (c’est-à-dire à tous les coups) Chailly gratifie les interprètes d’un grand sourire chaleureux très efficace sur l’intervention suivante. Que demander de plus ?

La générale permet de consolider ces acquis et d’installer l’interprétation à un niveau de précision encore plus élevé. Riccardo Chailly préfère pour cela aborder quelques points précis. Dans cette dernière étape, c’est l’orchestre qui est beaucoup sollicité dans les nuances, la précision et la couleur. Et de fait la flûte devient plus aérienne, les pizzicati des contrebasses plus précis, les trompettes plus incisives et les percussions plus justes. Ce soir aussi les expressions fusent pour les musiciens, «caressez la musique», «prenez des risques», «il faut la liberté de l’ensemble», «mettez dans ce passage une sensualité presque érotique mais sans brutalité» ou pour les chanteurs «sachez créer le mystère», «criez»… Dans la danse générale il demande de jouer avec l’impatience et la fébrilité d’un malade qui aurait 40° de fièvre ! Et avant de filer l’œuvre, il nous souhaite avec un grand sourire un «bon voyage» qui en dit beaucoup sur l’homme Chailly. La gestique est précise, souple, parfois féline, utilisant le corps dans son entier avec des rebonds des jambes qui laissent deviner une grand pratique du jet-ski… Au final, un magnifique spectacle d’une sensualité bien en relation avec la musique.

Un violoniste rencontré au Dorémi nous confie son bonheur et son plaisir de travailler avec un tel maître et espère déjà d’autres collaborations. Si seulement dit-il nous avions toujours des chefs de ce niveau…! Une très belle leçon de musique, d’intelligence et de partage en d’autres termes de direction d’orchestre. Maestro Chailly est incontestablement un très grand parmi les très grands. Son exceptionnel Daphnis, baigné dans le soleil et la joie, l’a confirmé une nouvelle fois. Cela promet deux magnifiques et inoubliables concerts. Revenez-nous vite Maestro ! Un tel bonheur ne doit pas arriver seul…

Gilles Lesur

Le concert du jeudi 23 février sera visible ici  : liveweb.arte.tv pendant 6 mois. En première partie Riccardo Chailly et l’Orchestre de Paris ont interprété l’ouverture des Créatures de Prométhée et le Concerto N°2 pour piano de Beethoven avec Maria Joao Pires.

< Précédent   Suivant >

Menu
Accueil
...................................
Actualités
...................................
Annonces
...................................
Chroniques
...................................
Grands chœurs
...................................
Liens
...................................
Fil RSS
Arthur Oldham
Préambule
...................................
"Vivre avec les voix"
...................................
Le chef de chœur
...................................
Le compositeur
...................................
Florilège vocal
Préambule
...................................
Actualités
...................................
Les lauréats
Espace associatif
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Qui est en ligne ?
Il y a actuellement 35 invités en ligne
Copyright 2000 - 2004 Miro International Pty Ltd. All rights reserved.
Mambo is Free Software released under the GNU/GPL License.